Conflit interpersonnel : Méfiez-vous de vos bons amis !

Si pour Ressource et Vousévoquer le conflit interpersonnel, l’assertion « Méfiez-vous de vos bons amis ! » vous choque, ne lisez pas la suite … l’article se conclut par : « Aimez votre ennemi ! ».

Comme vous me rejoignez sur ce second paragraphe, je vais donc développer plus avant ma pensée. Pensée, ou plutôt croyance, ancrée dans les situations conflictuelles diverses et variées (l’homme est créatif quand il s’agit de se pourrir la vie et celle des autres) auxquelles ma pratique de coach m’amène à me confronter (pacifiquement).

Dans un conflit interpersonnel, l’identification des personnages principaux ne pose pas de difficultés particulières. L’incompréhension ayant fait place aux tensions, chacun campe sur ses positions, stocke ses munitions (faisons feu de tout bois), ourdit ses plus beaux coups-bas, éructe de gros mots (pas très doux) ou laisse s’exprimer un non-verbal puissamment parlant. Si malgré tout je vous rassure, vous peinez à repérer les premiers rôles, « On » se chargera de vous affranchir.

Sous-estimant le coût du conflit et surestimant leur capacité à vaincre, les protagonistes s’enfoncent dans une posture de plus en plus irrationnelle… histoire de prouver qu’ils ont raison !

L’irrationalité (comme l’amour, mais n’en est-ce pas la forme sublime ?) rend aveugle. Les protagonistes, tout à leur recherche de soutien, d’alliés, de confirmation « qu’ils ont bien raison », n’ont plus l’objectivité nécessaire pour décrypter le jeu des personnages secondaires. Ils ne sont plus en capacité de comprendre, seuls, que « Leur Conflit » leur échappe.

Les personnages secondaires (amis de circonstance ou de machine à café) au mieux influencent les acteurs principaux ; au pire, les manipulent.

  • N’y-a-t-il pas un marionnettiste qui tire d’autres ficelles et souffle sur le conflit pour régler des comptes qui ne sont pas les vôtres ?
  • N’y-a-t-il pas un confident, qui en ayant décroché le rôle de sa vie, existe enfin dans la reconnaissance que vous lui portez ? Son discours pseudo-bienveillant le trahit : « Ce n’est pas pour être méchant, mais… » « Bien sûr il y a du mieux mais souviens-toi… »
  • N‘y-a-t-il pas une victime collatérale consentante ? « Regardez combien je souffre, regardez combien je suis malheureux, pendant ce temps vous ne regarderez la qualité de mon travail »
  • N’y-a-t-il pas un voyeur compatissant ? « Je m’identifie à toi, à ton malheur pour mieux pleurer sur moi »
  • N’y-a-t-il pas un voyeur morbide ? « Ton malheur n’est pas le mien, oh c’est trop bon ! »

Si vous ne pouvez pas les démasquer, au moins doutez ! Doutez, pour ne pas foncer tête baissée dans le mur de l’impasse ! Relevez la tête et regardez votre ennemi, avec vos yeux, votre cœur, votre raison. Prenez le risque de perdre la face s’il vous permet de tomber pile, et qui sait : « Aimez votre ennemi ».

Co-développement ou Comment grandir ensemble

7 ans de coaching avec Ressource et VousJ’ai envie de partager avec vous une expérience que je mène régulièrement avec des groupes de managers et cadres dirigeants. L’approche s’appuie sur les techniques du co-développement, agrémentées d’une touche personnelle (ce n’est pas pur hasard que d’avoir choisi d’exercer en libéral…).

Histoire de choquer les puristes intégristes, je comparerai le co-développement à l’auberge espagnole. Chacun vient avec son vécu, sa culture, ses convictions dans un espace de rencontre et de partage, pour vivre une aventure commune.

Le parallèle s’arrête là. Cédric Klapisch peut remballer sa caméra, le processus (structuré et minuté) évite que ne s’instaure un « joyeux b….l » même si le plaisir, la convivialité et l’humour sont des hôtes incontournables (tristes puristes intégristes, s’abstenir).

Dans le silence attentif et bienveillant de ses pairs, chaque membre du groupe, composé de 6 à 8 participants, expose, à tour de rôle, sa problématique, son ressenti, ses objectifs.

Aussi claire et limpide que soit la présentation, intervient ensuite la phase de clarification. La profusion des questions « oblige » l’exposant à écouter les questions qu’il ne se pose plus, à approfondir les éléments de contexte, à affiner les traits des acteurs en présence. Le questionnement l’interpelle sur ses représentations, forgées dans les croyances, les évidences, les habitudes.

A cette étape, la tentation est grande pour les pairs (de materner) de prodiguer conseils, suggestions et autres douceurs. Le « Non » est catégorique, c’est même un « Niet » (Poutine sors de ce corps !). Pas question d’échafauder des solutions sans avoir passer au crible toutes les causes potentielles.

Quand les questions sont épuisées (mais pas totalement les participants, il faut savoir prendre soin de ses clients), la séquence créativité peut débuter. Chacun apporte sa contribution, tirée de son expérience, de son ressenti, de sa vision. Dans la richesse des suggestions, l’exposant fait son marché, il prend ce qu’il se sait en mesure de mettre en œuvre et construit (en direct live) son plan d’action.

En guise de promenade digestive, chaque participant laisse libre cours à ses impressions et partage ce qu’il a retenu de l’expérience collective. J’apporte une dernière touche personnelle en agrémentant le cheminement par des éclairages pédagogiques, en proposant des modèles et outils que chacun pourra glisser dans sa boite à outil de Manager.