Entreprise : Comment redorer le cadre ?

Selon une enquête du Cereq (Centre d’Etudes et de Recherches sur les Qualifications), la moitié des salariés interviewés considère que l’accession au statut cadre n’est pas une perspective enviable : http://www.cereq.fr/index.php/articles/Espace-Presse-Articles/Devenir-cadre-une-perspective-pas-toujours-attrayante.

Alors que la population des cadres a proliféré de 62% dans nos entreprises sur les vingt dernières années et qu’un cinquième de nos salariés sont aujourd’hui « statufiés », comment expliquer ce désamour ? Est-ce un manque d’ambition ou un sursaut de réalisme ?

Les raisons invoquées pour justifier ce revirement d’attractivité : Sauvegarder les atouts du poste actuel (concilier vie professionnelle / vie privée, exploiter et développer son savoir-faire technique, maintenir le lien d’appartenance avec ses collègues) et affronter les contraintes du poste futur (gérer la pression de la direction, se préserver de la pression de ses pairs, mettre à la pression à ses subordonnés) procurent aux entreprises pléthore de pistes.

Pourtant avant d’appliquer tous azimuts la dorure sur le cadre,  un grand toilettage de rentrée s’impose :

  • La consécration du statut est devenue une fin (la carotte au bout d’un parcours professionnel) et non plus un moyen (43% des cadres ne managent pas…). Qu’est-ce que l’entreprise attend de ses cadres ? Combien de cadres sont nécessaires à la performance économique de l’organisation ? Comment reconnaitre la compétence et l’implication différemment ?
  • Les pratiques managériales oligarchiques creusent un gouffre entre titre et réalité. Entreprises : osez-les remettre en cause. Comment se dessine, dans le quotidien de vos cadres, le triptyque « Responsabilité » « Autonomie » « Initiatives » ? Comment transformer l’intelligence en énergie ?
  • L’apprentissage du métier de manager est loin d’être inné. Comment l’entreprise accompagne-t-elle le collaborateur dans la découverte de son nouveau travail ? Comment l’aide-t-elle à surmonter ses peurs ? A perfectionner ses pratiques ? A adapter sa posture ?

Ce que d’aucuns qualifieront de « manque d’ambition » est, à mon humble sens, un signal fort de déliquescence de la motivation des salariés. La relégation des cadres aux fonctions de courroie de transmission ne fait pas vibrer les salariés, qui pourrait encore s‘en étonner ?

Taggé , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire