Ressource et Vous présente fièrement ses vœux 2022

Entre deux exercices physiques, pour tenter de retrouver une forme abandonnée aux fourches caudines des festivités de fin d’année, s’invite la traditionnelle rédaction des vœux.

Quoi de plus socialement beau que de souhaiter le meilleur à son prochain ? Mais « Prochain » n’est-il pas un mot un peu trop connoté alors que ce matin un Maitre, qui n’est plus (l’a-t-il été ?) invite ses prochains (pardon ses frères, mais où sont les sœurs ?) à ne plus succomber à la tentation des souhaits. Imaginez les civilités réduites à « Jour », « Soir », « Appétit » ; les délicates attentions abrégées : « Anniversaire », « Fête » ; les encouragements limités : « Chance », « Courage » … Et que dire à son voisin qui éternue ?

Bien sûr les esprits chagrins vous diront que les souhaits doivent d’être sincères. Mais dites-moi, les statistiques démontrent-elles un taux de réalisation proportionnel au degré de sincérité ? Qu’importe ! L’entrelacement des lettres o et e au sein du mot vœu (digramme ligaturé, ça ne s’invente pas !) suffit à prouver qu’il vient du cœur, vrai ou pas complétement vrai, l’essentiel est qu’il fasse chaud au cœur !

Revenons à nos moutons avant que les brebis ne s’égarent… A la litanie des « Bonne année ! » et « Bonne santé ! », j’ai envie aujourd’hui d’ajouter « Bonne fierté ! ». Pourquoi me direz-vous ? (Je fais les questions et les réponses, je crains que votre esprit soit encore un peu embrumé 😊). Sans doute, et j’en suis certaine, car j’ai vécu 2021 comme une année paroxysmique (mais étions-nous au paroxysme ?…) en terme de victimisation.

Loin de moi l’idée de nier les tragédies vécues par les uns ou les autres, mais le florilège de plaintes en tout genre, la dramatisation de la moindre difficulté rencontrée, le rejet de la responsabilité ou de la faute sur l’autre sont d’abjectes négations de la véritable souffrance.

Dans quoi s’est diluée la fierté d’affronter l’adversité ? Comment avons-nous pu oublier que c’est en faisant face aux obstacles que notre valeur se renforce ? A quelle hauteur se situe l’estime de soi dans une posture victimaire ?

Victorieuse ou non, la confrontation aux difficultés que la vie nous réserve est toujours une réussite pour la dignité humaine. Sur ce, je vous souhaite à toutes et tous « Une bonne année ! », « Une bonne santé ! » et « Une Bonne Fierté ! »

12 ans ! Comme si c’était hier…

Francoise Mathiaux - Ressource et Vous - Coach

En même temps, c’est vrai que c’était hier.
Hier 13 Mai, jour de l’Ascension, Ressource et Vous a fêté ses 12 années d’aventures humaines. Quelques semaines après avoir sauté le pas de la création, je concluais un 1er post prémonitoire : « Pas d’utopie, pas d’angélisme, juste de la confiance dans l’intelligence de l’autre… ».
Mes convictions sont intactes, renforcées à chaque belle rencontre qui illumine mon chemin.
Mes cheveux ont blanchi (en même temps, c’est un signe extérieur de maturité 😊) mais je reste convaincue que chacun d’entre nous peut faire du travail sérieux sans se prendre au sérieux (comme ce matin, pendant une séquence lecture de l’excellent livre de Reed Hastings « La règle ? Pas de règles ! »
(preuve photographique à l’appui !)

Une question ?

co-développementPour résoudre une problématique, il suffit parfois d’une question.

Une question ? mais quelle question…

Une question ? Une question que nous ne nous sommes pas posés tout simplement parce qu’enfermés dans notre schéma de pensées, nous n’avons pas vu qu’elle avait toute sa place dans la solution.

Une question ? Une question que nous n’avons pas pu envisager parce qu’elle est bien enfouie derrière nos certitudes, ces croyances qui nous rassurent et nous donnent un semblant de stabilité.

Une question ? Une question que notre inconscient a décidé de ne pas formuler car nous en connaissons si bien la réponse que la verbaliser nous effraie.

Cette question, elle fait sauter un verrou et lâche un flot d’émotions contradictoires. Au-delà du point d’interrogation, elle questionne nos faiblesses, nos erreurs, nos convictions savamment empilées au gré de nos expériences de vie.

De cette déconstruction surgit une nouvelle donne où nous avons l’opportunité de réaligner ce que nous sommes avec ce que nous voulons être.

Un grand merci aux équipes qui en me faisant confiance nourrissent ma réflexion et me poussent à remettre à jour régulièrement mon logiciel de pensées. Un grand merci en particulier à la team Oméris que j’ai accompagnée ces deux derniers jours et qui m’a inspirée ce post 😊

Accompagner les acteurs de l’entreprise sur leurs scénarios professionnels !