Jeunes diplômés : Ne riez pas !!!

 Vous êtes 599 998 (et oui, 2 d’entre vous ont la semaine dernière décidé de rempiler sur un 3ème Master et boules de gomme) à entrer très bientôt, enfin bientôt, dans la vie active.

Après avoir brillamment déniché l’offre d’emploi qui va bien, vaillamment franchi les étapes clefs du recrutement (lettre de motivation motivante, personnalité testée au pentothal, entretiens croisés dynamiques), vous voici confortablement installé dans votre nouveau bureau.

Après avoir découvert vos nouveaux collègues et la machine à café, vous allez découvrir les joies du reporting. Pourquoi un anglicisme ? Uniquement pour éviter la référence navrante au 11ème commandement insufflé dès la cour de récréation de l’école maternelle : « Rapportez, tu ne feras point ! ».

Chaque semaine, au minimum, vous allez saisir dans un époustouflant tableau Excel votre performance : chiffre d’affaires, ventes, marge, taux de marge… (Liste, oh combien !, non limitative) et surtout, ce qui est très fort, vous allez indiquer vos prévisions pour les semaines et les mois à venir…

Comment procéder ? Dans un premier temps, étudiez objectivement les variations saisonnières de votre activité.

♦ Oui mais là, c’est la crise, personne ne sait comment les ventes vont évoluer.

♦ Faites comme si ! Les formules de calcul de votre tableau ne supportent pas l’aléa.

Ensuite, étudiez la réaction de votre manager à la lecture de vos prévisions. Si ce dernier se montre peu enthousiaste, proposez d’approfondir votre analyse, histoire d’apporter une touche d’optimisme à vos projections… et de booster votre plan de carrière.

Pourquoi ? Parce que le reporting relève de l’escalade. Vos données seront compilées par votre N+1 qui lui-même les transmettra à son chef, qui à son tour…. Pour acheter la paix, chacun a intérêt à ce que la somme des prévisions se rapproche de l’objectif annuel !!!

Et en final que devient ce superbe et scientifique gloubi-boulga ? Eh bien dans les sociétés cotées en Bourse, les analystes vérifieront que le résultat trimestriel correspond bien aux prévisions annoncées 3 mois plus tôt. Si tel n’est pas le cas, un climat délétère de défiance plombera le cours de l’action à moins que, l’entreprise n’annonce, simultanément, un vaste programme de réduction des coûts…  (Expression susceptible de s’orthographier aussi « réduction des cous » ce qui n’exclut pas les coups bas).

Allez Jeunes Diplômés, on compte sur vous. Aidez-nous à retrouver le chemin du bon sens.

Bien le bonjour à Casimir…

Taggé , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.